Lac d’Annecy – Epave Le France

JoJo sur le France

La première préoccupation de la journée peut être écartée, car le temps semble vouloir être au beau fixe et devrait dissiper la fraîcheur du matin qui règne au bord de ce magnifique lac d’Annecy.
La deuxième préoccupation de la journée est de savoir si tout le monde trouvera facilement le nouvel emplacement du centre de plongée « Espace plongée », qui s’est déplacé un petit peu plus loin et aussi un petit peu plus discret qu’à son ancien emplacement. Mais là aussi, j’ai pu très vite me rendre compte que tout le monde a été attentif aux explications données durant la soirée d’infos à ScubaLibre.

Le reste va de soit. La plongée ne devrait poser aucun problème à tout ce petit monde.

Enfin, comme d’habitude quoi !!!


Voilà l’ombre d’un premier souci, dessiné par le matériel de Myriam.
Mais que fait David ?
Juste le temps d’enfiler son costume et sa cape de Superstaffman et hop, l’esquisse de ce problème à été gommé laissant place à une belle feuille vierge.

Une fois le premier groupe de plongeurs fin prêt et le matériel chargé dans le camion, tout le monde se met en marche jusqu’au magnifique ponton nouvellement installé, où est amarré le bateau.

Bascule après bascule, tout le monde se retrouve sur l’épave après une descente, somme toute assez longue. 35m à la verticale, c’est toujours assez long. La température diminuera un peu par rapport à la surface, mais c’est surtout la visi. Elle a cédée sa place aux milliers de particule qui feront partie intégrante de notre champ de vision et restera ainsi tout au long de notre plongée. Mais bon, aucun problème n’est à signifier et c’est bien là, le principal.

Vous m’avez bien lu. Pour toutes celles et ceux qui ont encore en tête les nombreux déboires de Patrik lors de telle ou telle plongée ou même à l’extérieur, n’auront rien à redire cette fois-ci. Tout s’est réellement très bien passé.

Pendant que le premier groupe plonge, les autres Scubalibriens constituant le 2ème groupe arrivent gentiment. Nicolas lui, arrivé plus tôt, est déjà à l’oeuvre pour monter son matos pour ne pas retarder tout le monde. Il se dit lui-même, un peu lent. On distingue une silhouette anormale, parmi tous ces plongeurs.. Mais c’est Vincent !!!

Mais qu’est-ce qui l’a de différent des autres plongeurs ?
Je sais, je sais. Mais c’est pas ça! A quoi pensez-vous ?

Mais non! Il est le seul plongeur émérite à plonger en humide face à toutes ces étanches. Il faut dire que ce sera vraisemblablement le seul à avoir froid aussi.

Bien, nous sommes tous prêt pour le 2ème tour du France et non de France. A ne pas confondre, S.V.P!! Nous la seule «dope» qu’on prend, s’est du Nitrox et s’est plutôt recommandé.

Eh bien s’est sans compter sur Nicolas qui n’est pas encore prêt. Heureusement qu’il est venu plutôt, hein ?
Bascule après bascule, tout le monde se retrouve sur………
Ho oh, j’ai l’impression d’avoir déjà écris ça à quelque part.
Bref, la descente était à peu prêt identique au premier groupe. La visi en bas, est tout naturellement restée la même. Là non plus, pas de changement. C’est plutôt lors de la remontée et surtout au palier que les choses ont commencées à se gâter. On se serait cru à 18h sur la rue de la Servette.
Embouteillage, travaux et tout le toutime.
Notre ami Nicolas, lui, vient juste de se rendre compte qu’il faudrait dégonfler sa stab s’il veut se défaire de la Rémora (David) accrocher à ses palmes pour éviter qu’il remonte trop vite et jusqu’en surface.

Trop tard. Le soleil à fait son apparition au travers du verre du masque de Nicolas malgré cette fichu Rémora.

Bizzarement ou plutôt étonnamment, personne n’a rien perdu. Enfin jusque là!
Car quand nous avons accosté sur ce magnifique ponton, Cédric à remarqué qu’il était remonté sur le zodiac sans sa lampe. Normal me direz-vous, C’était en plein jour et la visi était bonne en surface. Donc pas besoin de lumière!

Bien, après toutes ces émotions, je me réjouis de partager un petit apéro avec tout le monde. Mais quelle pensée idiote j’ai eu. Plus personne du premier groupe n’était resté à nous attendre. Tous partis! Comme des voleurs!
Certains, comme Myriam et Philippe avaient averti depuis le début; Mais les autres, eux, n’ont pas eu un seul instant l’esprit club. Comme d’autres du deuxième groupe d’ailleurs. Je dois dire que ça ma vraiment déçu.

Apéro et pique-nique avec de super grillades pour celles et ceux qui sont restés. Comme d’habitude, il y a des gens bien mieux équipés que d’autres avec du super matos pour griller leurs barbaques et leurs saucisses. Un super grille de compète quoi!


Mais au final, grill de compète ou pas, tout le monde mange en même temps et démontre ainsi une bonne cohésion et une bonne ambiance malgré tout.

Un minuscule merci et un énorme coup de gueule pour celles et ceux qui n’ont pas eu l’esprit club.

 

Jojo

Fermer le menu